lausanne jardins 2019

Navigation

agenda

25 septembre

Sauvageons en ville - À la recherche du sauvage perdu

Rencontre
banniere_fb_branches.jpeg

18h30

Une balade engagée pour sauvageons urbains désirant se mettre au vert.
Voies ferrées jusqu’au pied des murailles moyenâgeuses, voitures, bitumes, béton, deux révolutions industrielles et davantage d’habitants ont transformées les paysages autour et dans nos villes. Mais la tendance s’inverse depuis quelques temps : chassez le naturel, il revient au galop…dans la ville.

Chaussez vos baskets, coiffez un casque (que nous vous fournirons), ouvrez grand vos yeux et immergez-vous dans l’écoute de Dominique Bourg, de la Faculté des géosciences et de l’environnement de l’UNIL et Christophe Randin, des Musée et Jardins botaniques cantonaux et de la Faculté de Biologie et Médecine de l’UNIL. Comment le manque d’espaces naturels d’une population citadine qui représente 84% des habitants en Suisse pousse-t-il citoyens, administrations et politiques à prendre les choses en mains (vertes) ? Comment les écosystèmes urbains, survivants, dégradés ou reconstitués pourraient-ils nous aider à faire face là où ça (se ré-) chauffe ?

Promenez-vous dans les rues de Lausanne pour un décryptage des mosaïques urbaines, un retour sur le contexte historique et une discussion sur les adaptations possibles face aux menaces des changements globaux dans les villes, en particulier le réchauffement climatique.

Sauvageons en ville vous propose de découvrir la nature en ville dans des lieux surprenants, questionner les liens que nous entretenons avec elle et expérimenter des pistes pour rendre la ville plus sauvage. Une dizaine de mercredis soirs sur l'été, dont 4 en collaboration avec Lausanne Jardins 2019. Plus d'infos sur www.sauvageons-en-ville.ch

2 octobre

Voyage au centre de la terre

Rencontre

18h30-19h30

Notre terre, qui n'êtes pas aux cieux,
Mais sur laquelle nous vivons, 
Et dans laquelle nous irons retrouver nos aïeux,
Vous méritez toute notre considération.

Michel Damblant, botaniste, auteur et illustrateur, propose un voyage au centre de la terre, pour comprendre comment, depuis un milliard d’année, celle-ci a évolué pour se recouvrir de terre végétale. 

A travers une conférence de 50 minutes, il nous raconte l'évolution de « la planète roche » d’il y a un million d’année, qui s’est petit à petit peuplée - d’algues, mousses et lichens, fougères, insectes et des plantes à fleures - pour devenir la planète fertile qu’on connaît aujourd’hui; la terre sur laquelle nous vivons et dont il est si important de prendre soin.

Résumé 

Il y a environ 1 milliard d'années, notre planète, qui existait déjà depuis 12 milliards d'années, aurait pu s'appeler « La planète roche ». En effet, sa surface, en dehors des océans, était composée uniquement de roches métamorphiques et sédimentaires. 

Entre 1 milliard d'années et 600 millions d'années, se sont développées, les algues brunes, puis les vertes, les mousses et les lichens. Ces derniers ont la capacité de s'implanter sur des surfaces minérales, mêmes verticales et sèches en les dégradant par des sécrétions acides. A partir de là, d'autres formes végétales peuvent profiter de ce premier couvert pour s'implanter à leur tour. Fougères, végétation rupestre diverse comme les sedums, les crassulas, les ombilicus etc. 

Ce fut ensuite l'âge d'or des gymnospermes dont les conifères sont les représentants les plus connus. Ils ont fourni le pâturage aux dinosaures et lors de la montée des eaux du Carbonifère, ces forêts englouties allaient devenir les gisements houillers de notre époque. 

Les insectes sont apparus il y a environ 150 millions d'années, en même temps que les plantes à fleurs, dont de nombreux arbres (magnolias, baobabs, fromagers). Ils ont trouvé nourriture (pollen, nectar, feuilles mortes, brindilles sèches) et habitats hospitaliers grâce aux végétaux. Cette petite faune peut être aérienne, rampante ou souterraine. Son action, qui sera précisée et détaillée lors de la conférence, ainsi que l'accumulation des matières sèches végétales qui tombent au sol régulièrement, vont aboutir, à partir des dernières 100 millions d'années, à couvrir une grande partie de notre planète d'un substrat argilo-humique pouvant atteindre plusieurs mètres et nommé : terre végétale. 

Grâce à cette « terre nourricière », les végétaux vont coloniser la majeure partie des surfaces immergées et permettre l’émergence de divers animaux dont les mammifères. Au sein des mammifères, un groupe d'hominidés va se détacher il y a environ 3 millions d'années, les Homo sapiens, qui vont dépendre en grande partie des produits de la terre.